pourquoi le collagène est déconseillé aux fumeurs
5/5 - (1 vote)

Le collagène, c’est quoi exactement ?

Tu le sais probablement mais le collagène, c’est la protéine la plus abondante dans notre corps, championne toutes catégories pour garder notre peau souple, nos os solides et nos articulations en bon état. Mais comme tout dans la vie, sa production diminue avec l’âge. Et là, on commence à voir apparaître rides, douleurs articulaires et autres joyeusetés du vieillissement.

Après avoir abordé les dangers du collagène, aujourd’hui on s ‘attaque au sujet du collagène pour les fumeurs.

 

Fumeurs, attention danger !

 

Le tabac, l’ennemi numéro un !

Tu te demandes sûrement en quoi griller une cigarette peut avoir un impact sur le collagène ? Eh bien le tabac, c’est comme un serial killer pour cette précieuse protéine. Voici les faits :

  • Destruction accélérée : Fumer booste la production d’enzymes qui détruisent le collagène. De vraies petites machines de démolition qui s’attaquent à la structure de ta peau.
  • Production en berne : Non seulement le tabac détruit le collagène existant, mais il met aussi un frein à sa production.
  • Vieillissement prématuré : Tu as déjà entendu parler de la peau de fumeur ? Teint gris, rides prononcées, peau flasque… C’est le résultat direct de l’assaut du tabac.

 

Pas la solution miracle

Tu pourrais penser, “Pas de problème, je vais juste prendre des suppléments de collagène pour compenser mes 2 paquets de cigarettes par jours”.

fumeur et collagène

Hmm, pas si vite. Si prendre du collagène peut sembler une bonne idée, c’est en fait mettre un pansement sur une jambe de bois tant que tu continues à fumer. Les dégâts causés par le tabac sont tellement importants que les suppléments ne peuvent tout simplement pas suivre le rythme.

 

3 études scientifiques sur le rôle de la cigarette sur ton collagène

 

“Destruction du collagène induite par la fumée de cigarette”:

Une équipe de scientifiques a décidé de creuser un peu le sujet. Ils se sont demandé si la fumée de cigarette pouvait être responsable de l’inflammation chronique des voies respiratoires, avec les neutrophiles (des globules blancs) en première ligne.

Le coupable, c’est un petit truc nommé N-ac-PGP, un fragment de collagène. En gros, quand tu fumes, tes neutrophiles se mettent à détruire le collagène dans tes poumons, produisant ce fameux N-ac-PGP. Ce petit fragment a le pouvoir d’attirer encore plus de neutrophiles, créant un cercle vicieux d’inflammation et de destruction pulmonaire.

Les chercheurs ont également découvert que chez les patients atteints de BPCO (maladie pulmonaire obstructive chronique, un gros mot pour dire que tes poumons sont en mauvais état à cause du tabac). Il semblerait que ce ne soit pas juste les neutrophiles qui jouent avec le feu, mais aussi les macrophages et les cellules épithéliales.

La bonne nouvelle, c’est que ces scientifiques pensent avoir trouvé une piste pour stopper cette destruction, bloquer les molécules responsables de cette cascade de destruction pourrait être la clé pour traiter la BPCO.

Et oh, petit détail croustillant, un des auteurs travaille pour Danone. Mais promis, ça n’a rien changé à leur étude, ils ont juré de rester neutres comme leurs neutrophiles.

Source : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23383243/

 

“Cigarette et dégradation du collagène des fibroblastes”

Dans cette étude, les chercheurs ont pris des fibroblastes gingivaux humains, en gros, les cellules qui font que tes gencives sont solides, et ils les ont exposées à la fumée de cigarette. Pas juste un petit coup, mais pendant 72 heures avec différentes doses de cette “sauce” de fumée.

Résultat des courses, plus ils ont arrosé les cellules avec, moins elles se sont multipliées et plus elles ont commencé à se sentir mal. Pour te donner une idée, dès qu’ils ont dépassé une certaine dose, la moitié des cellules ont fait la tête et au-delà d’une autre dose, 30% d’entre elles ont carrément rendu l’âme.

Mais ce qui est étonnant, c’est que cette fumée a aussi boosté la capacité des cellules restantes à dégrader le collagène. C’est comme si, en essayant de les noyer, on leur avait donné des muscles. Sauf que c’est pas vraiment une bonne nouvelle, parce que ça déséquilibre tout le système.

Source : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19453854/

 

“Réduction du collagène chez les fumeurs”

Des scientifiques malins ont rassemblé un groupe de volontaires, des fumeurs et des non-fumeurs, tous bien dans leurs baskets et similaires sur plein de critères pour que l’expérience soit parfaite. Ils ont tous reçu une petite implantation sous la peau (rien de bien méchant, promis) pour voir comment leur corps réagissait, surtout au niveau de la production de collagène, qui à son importance dans la cicatrisation.

Alors, accroche-toi, parce que les résultats sont aussi croustillants qu’une croûte de tarte bien dorée. Les non-fumeurs, ces petits veinards, avaient une quantité d’hydroxyproline (un indicateur de collagène mature) 1,8 fois plus élevée que les fumeurs. En gros, leur corps était super efficace pour réparer les bobos.

Et plus les volontaires fumaient, moins ils produisaient d’hydroxyproline. Comme si chaque cigarette était un petit coup de poignard dans le dos de leur capacité à cicatriser.

Ce qui est fou, c’est que ce phénomène ne touchait que le collagène, pas les autres protéines. Donc, oui, fumer, c’est vraiment choisir la mauvaise option pour ton corps, surtout si tu dois passer sous le bistouri ou si tu es du genre à te faire des égratignures en explorant le monde.

Source : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9551072/